333km en 12h

Tout est prêt!

Dernières nouvelles du 28 mai au soir: Ca y est. Tout est prêt... ou presque prêt.

Le Trike 333 a ses deux batteries LiPo bien chargées. Ce sera l'équipe Alban, Marco, Rafael (si rétabli car malade le 28), Sebajdin et Nathan qui seront chargés de le faire aller le plus loin possible... si possible en dépassant les 333km. Pas facile.

Le Flyer C8 de location dispose aussi de 2 batteries. Il servira d'élément de comparaison, et nous espérons que l'équipe en charge du Flyer (Michèle, Claudio, Jason, Adam) pourra faire environ 200km, ce qui est déjà beaucoup en fonction du long temps de charge des batteries. Nous avons deux chargeurs Flyer, mais nous nous interdisons de charger pendant que le véhicule roule. En effet notre "test 12h" doit représenter le plus fidèlement possible la situation où quelqu'un part de chez lui, s'arrête quand il veut (ou quand il peut) pour recharger et cherche à faire le plus de km possible.

Une troisième équipe (Alex, Thomas, Valentin) doit assurer le support, c'est à dire l'assistance, les relevés de vitesse, consommation, les photos, films, la rédaction d'articles à mettre très rapidement en ligne...

Enfin entre les batteries vous pouvez voir quelques victuailles, à savoir:

  • 10 litres de thé froid (+ 20l d'eau non visibles)

  • 20 plaques de chocolat suisse! Pour 15 personnes environ!

  • 2kg de biscuits

Les mauvaises langues diront que le Trike consomme finalement beaucoup! Disons qu'une classe qui sort avec le Trike consomme en effet beaucoup!

Question météo, pas très chaud le matin (13°C) et surtout une forte bise (30 à 37km/h est attendue). Cela pourrait compliquer un peu le travail, car le retour contre la bise risque de consommer beaucoup. A voir.

Nous partirons demain matin à 6h de la gare de Sainte-Croix (6h09 pour le train, avec le Flyer).

Et voici pour rappel notre parcours prévu (notre poste de commandement se situera sous le pont de l'autoroute)

C'est fait!

C'est fait!!! C'était long, c'était dur, mais les 333km, c'est fait! A 21h30 le vendredi 29 mai 2009, le GPS indiquait enfin la distance mythique de 333km!

Vendredi 29 mai 2009, nous étions 13 élèves et 3enseignants pour aller jusqu'au bout du défi que nous nous étions nous-mêmes fixés: parcourir 333km avec notreTrike en moins de 12 heures. Réussi!

Certes on aurait bien aimé que dans les 12 heures soient comprises les deux heures de charge, mais avec une bise qui avoisinait les 50km/h dans la plaine d'Yverdon, c'était tout simplement impossible d'atteindre les 333 km/h de moyenne qu'il aurait fallu. La moyenne de 28.75km/h sur les 333km est finalement satisfaisante dans ces conditions extrêmes.

Parrallèlement, 4 d'entre nous tentaient de faire la même chose avec un Flyer de location, sachant d'avance que si nous atteignons la moitié ce serait déjà pas mal. Finalement le Flyer n'a fait que 145km, mais il faut dire qu'il n'a pas roulé aussi longtemps que le Trike, mais plutôt 7h.

Donc reprenons depuis le début:

6h00 Sainte-Croix. Claudio descend avec le Flyer par le train, tandis qu'une autre équipe descend le Trike. Tous se retrouvent peu après.

7h00 pour les dernières consignes, préparatifs... Il faut réparer le capteur de vitesse du Trike qui n'est pas très fiable. Heureusement nous utiliserons un GPS pour la mesure de distance, pour éviter un couac du capteur et les imprécisions dues au diamètre des roues.

 

Début à 7h32. Le soleil est là, mais la bise souffle en rafales à 40km/h environ, ce qui nous fait consommer beaucoup plus que prévu sur le trajet retour. La bulle avant du Trike se déforme sous l'effet conjugué de la vitesse (30km/h) et de la bise. Nous sommes à la limite de reporter l'essai. Mais on va le tenter quand même...

A 11h45, le vélo Flyer a vidé ses deux batteries pour 91.5km. Il faut le ramener charger au CPNV où une bonne partie de l'équipe part manger.

A 12h42, après 155km, c'est le Trike qui commence à peiner. On l'amène donc pour recharger. Un petit quart d'heure perdu pour que le chargeur et le Trike soient réunis au même endroit. La charge durera 1h20 au CPNV. Sous le soleil on arrive à charger à 22.6A, la puissance venue du soleil étant environ de 58Vx2.6A=150W. C'est bien.

14h15: On reprend avec le Trike et le Flyer. En 2h30 de charge, le Flyer affiche 60% de charge. Il aurait fallu 5h pour les charger à bloc. La bise a encore forci. (rafales > 50km/h). On hésite à poursuivre tant les rafales sont handicapantes pour le défi fixé. Certains (Sandra (future ingénieuse venue nous prêté main forte) et JCY) ont les yeux plein de conjonctivite tant le pollen projeté par la bise est agressif, et ceci malgré des lunettes. Heureusement Sandra a prévu des gouttes.

18h00: une partie de l'équipe (qui a commencé à 6h00) est maintenant partie. Il n'y a plus assez de monde pour faire tourner le Flyer. On l'arrête, batteries vides, avec environ 145km.

A 18h30, le Trike est à 276km et n'est pas loin d'avoir ses batteries vides. Après quelques hésitations, on décide de s'arrêter de nouveau pour recharger 40 minutes à l'aérodrome d'Yverdon. Ce sera l'occasion de manger une petite tarte pour les 5 héros restants en course.

A 21h30, à la tombée de la nuit, après 40 tours, le GPS affiche enfin la distance mythique de 333km. C'est le soulagement, surtout que le temps de trajet est resté en dessous des 12h, à savoir 11h35.

Au final, 11h35 de trajet, deux heures de charges et le reste (25 minutes) d'arrêts techniques, surtout pour les 40 changements de pilotes et de passagers!

Un formidable travail d'équipe. Au total environ 800km parcouru (2 sur le Trike + le Flyer). Notamment:

- Rafael, Nathan et Alban ont parcouru environ 80km chacun sur le Trike, Sebajdin 50, Marco 25, Sandra 25,  Alex 16, Jason 16, Valentin (légèrement malade)16.

- Thomas a fait d'innombrables relevés toute la journée. Alex, Sandra, Adam ont fait des photos et des films.

- Michèle, Claudio et Adam, ont accompli environ 40km chacun sur le vélo Flyer, Alex 20, Jason 10.

- Jean-Luc Nicoud, enseignant et cycliste endurant, a fait plus de 110km, Jean-Philippe Chavey 70km, et Csaba Gyuriga 45km.

Les relevés et les valeurs chiffrées

Ce qui n'est pas visible sur les graphiques, c'est l'apport solaire. Mais si on compare les Ah tirés de la batterie, par exemple entre 58V et 50.3V, avec l'essai précédent, on s'aperçoit qu'on avait pu tirer 1500Wh d'une batterie entre ces deux tensions, alors que dans cet essai, on calcule 2026Wh. Autrement dit on peut estimer à 500Wh de 7h30 à 13h. Sur la journée, il est probable que nous avons récupéré autour de 1kWh. Malheureusement notre Watt'up, qui avait pas très bien supporté le déluge du Jurassic Test du 15 mai dernier, n'était pas encore revenu de réparation.

Sur cette courbe, on voit clairement les deux charges partielles dans la journée. L'une de 80% environ (en 1h20) et l'autre de 30% en 40 minutes. Il semble que la courbe s'effondre plus rapidement au début (perte de 0,1V par 8km), pour s'applatir en dessous de 53V.

Et sur le graphique ci-dessous (un peu indiscret), on peut voir la vitesse moyenne de chaque tour, et la consommation. Une chose qu'on peut remarquer, c'est la très grande dispersion, due au fait qu'il y avait changement d'équipe à chaque tour. L'approximation au km près peut engendrer une imprécision de l'ordre de 15% au détriment d'un groupe et au profit du suivant par exemple.

En lecture de ce graphique, un grand bravo à Jean-Luc Nicoud, qui réussissait des moyennes toujours importantes avec une consommation raisonnable. Nul doute que l'entrainement des conducteurs et passagers ont joué un rôle non négligeable, mais difficile à chiffrer. D'autres phénomènes (croisement de véhicules, arrêt pour petits problèmes) ne sont pas visibles ici.

logo2lignes_vert.png

© 2007-2018 by Jurassic Test. Created with wix.com.